En quête de sens : rencontre avec Laure Bontoux, une fleur en devenir

Femme au chapeau dans un champs de tournesols

Malgré un “job de rêve” en marketing digital chez LVMH, Laure se voyait progressivement “faner”.

[Hein ?? WTF ?! Comment est-ce possible ?? 😲 🤔]

Et pourtant, aujourd’hui, quand on la voit : elle rayonne – et comme c’est contagieux !

Alors, quel est son secret ? Elle a remis en question le modèle de réussite et est partie en quête de sens !

Un immense merci à Laure, d’avoir partagé avec autant d’honnêteté son parcours !

Hello Laure ! Peux-tu nous raconter ton parcours, ta quête de sens ?

Hello Pauline ! Et bien je m’appelle Laure, j’ai 33 ans, et j’habite à Boulogne, près de Paris.

Enfant, j’avais un rêve : je voulais être fleuriste. Peut-être le fait d’être née le jour du printemps ? 😉 Et finalement, les années passant, je suis rentrée dans le moule. Mon diplôme de commerce en poche, je travaille 1 an dans l’agro-alimentaire avant d’intégrer – avec une grande fierté ! – l’un des leaders mondiaux du luxe, LVMH.

Les 7 années suivantes sont très intenses : je travaille beaucoup, j’apprends énormément, je me construis, je mûri et m’affirme.

Mon management m’encourage et croit en moi, j’évolue, j’obtiens des promotions, une belle situation financière…

Laure Bontoux

… Mais ?

Mais au fur et à mesure que je gravissais les échelons, je sentais une profonde incohérence grandir en moi.

J’avais atteint mon but professionnellement, je voyageais régulièrement aux quatre coins du monde, j’étais très bien entourée et sortais beaucoup…

Mais malgré tout cela, je ressentais un vide. Et ce qui est incroyable, c’est qu’aux yeux de tous, j’avais « réussi ». Sauf que pour moi, je ressentais que je passais à côté de l’essentiel…

Quelque chose n’allait pas, sans savoir quoi… Je me rappelle avoir remis en question, tour à tour, tous les domaines de ma vie : mon couple, mon lieu de résidence, mon travail… qu’est-ce qui n’allait pas ???

Ce qui est incroyable, c’est qu’aux yeux de tous, j’avais « réussi ». Sauf que pour moi, je ressentais que je passais à côté de l’essentiel…

A quoi est liée cette incohérence que tu ressens ?

Laure Bontoux

J’ai assez vite compris qu’une partie de la raison se situait au niveau professionnel…

Qu’il y avait une différence entre mes aspirations profondes et mon quotidien. Et je ne pouvais m’empêcher de me demander « Pourquoi » ? Pourquoi ai-je le sentiment que cette vie n’est pas la mienne ? Pourquoi est-ce que je travaille 10-12 heures par jour ? Pour l’argent ? Le challenge ? La reconnaissance ?

Comme un petit hamster dans sa roue, j’ai la sensation de courir… sans savoir après quoi !

J’en arrivais à un stade où j’étais complètement prise dans cet engrenage du « Faire, faire toujours plus ». Même dans ma vie perso je « devais » être productive. J’avais des « To do list » qui étaient aussi longues que les pro. Tout devenait une contrainte ; je faisais par devoir et non plus par plaisir.

A ce moment, je sens bien que quelque chose ne tourne pas rond ; je le sais. Mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus.

Je sais au fond de moi que ma prochaine expérience professionnelle sera radicalement différente, mais en attendant, je reste où je suis. Et plus le temps passe, plus je lutte.

Tu luttes ? C’est-à-dire ?

Et bien quelque part, je lutte contre moi-même.

En façade, j’affiche souvent un grand sourire (J’ai un tempérament positif 😉), et puis… je ne vais quand même pas me plaindre, non ?!!!

Mais derrière ce « masque » que j’affiche en société, la réalité est plus sombre : j’ai besoin de plus de sens dans mon activité professionnelle, quelque chose qui pousse moins à la consommation, je cours à droite à gauche, j’enchaîne les épreuves personnelles, ma santé se détériore…

A certaines périodes, je n’ai plus de forces, plus d’énergie. Je lutte pour maintenir un équilibre et trouver l’énergie pour rebondir. Pour toujours aller de l’avant. Mais c’est épuisant.

Je tente de me raccrocher à des petits bonheurs éphémères…

Plus tard je prendrai conscience de tous les mécanismes compensatoires que j’ai alors mis en place pour combler ce vide en moi, ce mal-être. Pour me convaincre que « j’allais bien ». Par exemple l’ivresse des soirées, le sport pour me défouler, acheter et consommer toujours plus…

Et puis je lutte car je sens bien qu’au fond mon intuition me guide vers autre chose…

Que te dit ton intuition… ?

En fait quand je prends le temps d’oser m’écouter, j’entends des mots qui refont surface et résonnent de plus en plus fort en moi : « donner du SENS », « besoin de RALENTIR », « suivre mon INSTINCT »…

Je sais que ma vie sur terre a un sens, et pas simplement celui de gagner de l’argent pour payer des factures ou s’acheter un bel appartement. Je ne veux pas travailler dur juste pour partir en vacances au bout du monde et « récupérer » avant d’enchaîner à nouveau, la tête dans le guidon.

Est-ce que, comme moi, tu as eu une sorte de déclic ?

Oui, vers l’âge de 30 ans.

Un été, lors d’une discussion avec mon petit frère qui m’ouvre les yeux sur l’écologie et l’état du monde… tout s’éclaire ! Voilà le sens que je ressens au fond de moi ! Je veux agir pour le vivant, et non contribuer à le détruire.

Je prends réellement conscience que je veux contribuer à un monde plus écologique, plus juste et plus humain, et que mon job actuel ne va pas complètement dans ce sens-là.

Et puis, l’autre déclic a été le jour où mon boss est arrivé dans le bureau en s’exclamant « Laure, c’est Black Friday, il va falloir cracher des millions !!! ». Je me souviens, ça a tremblé à l’intérieur de moi. Ça allait à l’encontre de mon cheminement, moi qui boycottais cette journée, symbole de la surconsommation.

Alors malgré les nombreux avantages liés à mon poste et aux expériences vécues au sein de l’entreprise (elles m’ont aussi permises de devenir qui je suis aujourd’hui), il est temps pour moi de réagir, de m’écouter, et d’aller vers d’autres horizons. Sinon je vais complètement faner…

Tournesol

… Alors ?

[La fille pas du tout impatiente de connaître la suite !]

J’ai commencé à me former à diverses approches, m’informer, échanger…

Et en parallèle et je me sens enfin prête à annoncer à mes managers et collègues que je m’envole vers d’autres horizons. Après quelques temps, mon choix est compris et je quitte mon entreprise en excellent termes.

Et là, je suis soulagée !! Convaincue que j’ai pris la bonne décision pour faire ce qui m’inspire et non ce que les autres projettent sur moi. Je vais pouvoir reconnecter mes envies profondes avec mon quotidien et écouter ma “petite voix”, cette intuition profonde qui résonne de plus en plus fort !

Concrètement, comment s’est passé ta transition vers plus de sens ?

J’ai pris (et prends toujours) le temps de chercher quel est ce « sens » que je souhaite donner à ma vie. Je me pose les questions que j’aurai souhaité me poser à la fin de mes études.

J’entame une véritable démarche pour apprendre à me connaître davantage et explorer ce pourquoi je suis faite.

Gros plan d'un champs de tournesol

Je m’instruis sur d’autres approches et façons de penser et de voir le monde. Je me forme : sur l’écologie, le développement personnel. J’entreprends un master en leadership éthique. Je lis, participe à des conférences et fais des rencontres. Je me reconnecte à la nature. Je médite.

Je me laisse guider par mes intuitions, j’essaie d’écouter mes envies profondes, me rappeler mes rêves d’enfants, je mets de l’attention sur mes ressentis, j’écoute un peu plus mon cœur… et surtout, je prends le temps. Et j’explore.

Au fur et à mesure de mon cheminement personnel, je découvre ce qui fait sens pour moi, ce qui me ressource et dont j’ai besoin : la nature, l’humain, l’écologie, l’éthique. J’ai envie de transmettre, de partager mon sourire au monde, d’être dans des relations de cœur. Et tout ça me remplit de joie.

Quels sont tes conseils pour celles et ceux qui se posent la question du sens de leur vie ?

Bien s’entourer. Demander de l’aide, être accompagné(e). Il existe énormément de programmes, de personnes qui ont déjà fait ce cheminement avant nous… et c’est précieux ! Je pense notamment au mouvement du Leadership Ethique, la communauté Make Sense, Ticket for Change, Edeni, Ecopreneur, …

Car, je ne vais pas le nier, ce cheminement n’a pas été facile. Cela demande du courage, d’agir malgré les peurs, notamment celle d’aller à « contre-courant » de ce qui est attendu de nous. Mais surtout, il faut être à l’écoute de soi et de cette force intérieure que nous avons tous en nous : se faire confiance, et faire confiance à la vie.

Aujourd’hui, paradoxalement, même si je ne sais pas où je vais exactement, je n’ai jamais été aussi certaine d’être sur la bonne voie. Je ne suis plus dans la lutte, je n’ai plus l’impression de « me forcer » en permanence, et c’est fou le nombre de portes qui s’ouvrent.

J’ai l’intime conviction que le destin est entre mes mains, même si je ne maîtrise pas tous les paramètres à court terme, je sais où je vais à moyen terme.

Comment ta future activité va-t-elle faire sens pour toi maintenant ?

Logo Bloom the Planet

Je souhaite à terme exercer en tant que consultante en « leadership éthique », une approche à la fois humaine logique éthique & écologique, qui prend en compte les besoins fondamentaux des êtres humains.

L’approche s’appuie sur le potentiel dans sa globalité de chaque personne : le corps ; l’intellect ; la dimension affective & relationnelle ; l’intuition & créativité.

Mon objectif est multiple avec « BLOOM THE PLANET » : Refleurir sa vie, son entreprise, sa ville

  • Permettre à chaque personne d’éclore (plein potentiel, donner du sens)
  • Accompagner les entreprises à faire bourgeonner des idées & projets viables, éthiques
  • Intervenir dans les écoles pour faire germer, dans les consciences, une autre vision du business
  • Puis (à moyen terme) créer des partenariats pour refleurir les villes…

https://www.instagram.com/bloom.the.planet/

Dernière question : un livre que tu conseilles et qui t’a particulièrement éclairé ?

J’en ai 2 qui me viennent en tête :

  • Pour une écologie spirituelle”, de Satish Kumar
  • “Now or never, l’urgence d’agir”, d’Edel Gött

Ces 2 livres nous aident à cheminer. Ce sont de vrais guides, écrits par deux personnes qui ont énormément d’expérience et de recul sur la vie.

J’ai adhéré à leur vision très « juste » du monde, et les solutions pour aider à le rendre meilleur.

Et ce qui est commun, c’est que cela commence avant tout par un changement sur soi 😉

Mug tournesol : je suis le héro de ma propre vie

Je veux du sens ! Ce qu’il faut retenir de l’interview de Laure…

Laure Bontoux
  1. La clé est de ralentir pour prendre le temps de s’écouter et faire le point sur ses aspirations profondes.
  2. Le cheminement est long, pour apprendre à se connaître et se défaire des normes et des injonctions sociétales. Mais il faut garder le cap : le jeu en vaut clairement la chandelle !
  3. Redonner du sens à sa vie permet de combler ses besoins de l’intérieur et non plus de rechercher systématiquement le bonheur à l’extérieur. Cela donne une force de vie incroyable !
  4. Ne pas rejeter en bloc ses expériences passées : elles contribuent à définir ce que nous sommes aujourd’hui, un être désireux d’évoluer vers son plein potentiel et de donner le meilleur de soi.

Merci Laure ! 👏

🌿 S’inscrire à la newsletter ! 🌿

S’interroger, s’inspirer, se lancer… reçois dans ta boîte mail la newsletter pour concilier épanouissement personnel et écologie !

Derniers articles

Cécile Ledoyen se demande quel avenir pour la planète